Historique de l'UPJ

En 1977,
Suite au décès d’un jeune au cours d’une révolte à la prison de Nuutania, les pouvoirs publics ont pris conscience de la nécessité d’appuyer leurs actions en faveur des jeunes par un soutien aux relais associatifs. C’est ainsi que le Comité Territorial de la Jeunesse (CTJ), aujourd’hui, Union Polynésienne pour la Jeunesse (UPJ), a pris officiellement naissance en 1978.
En 1977
Les pouvoirs publics de l’époque prennent conscience de la nécessité d’appuyer leurs actions en direction des jeunes par un soutien aux relais associatifs de jeunesse et d’éducation populaire. C’est ainsi que le Comité Territorial de la Jeunesse (CTJ) prit naissance le 27 Juin 1977.
En 1978,
Le 27 juin 1978, les associations du secteur jeunesse de l’époque participent au premier bureau du Comité territorial de la Jeunesse de Polynésie française (CTJ) présidé par Monsieur Maco TEVANE. Médiateur et interlocuteur entre les pouvoirs publics et les associations, le CTJ recevait le montant global des subventions et s’occupait de les répartir entre les associations partenaires et membres du comité.
De 1978 à 1982,
Le CTJ a été présidé statutairement par les Conseillers techniques en charge de la Jeunesse parmi lesquels on retrouve Maco TEVANE, Emile VERNAUDON, Terii SANDFORD et Huguette HONG KIOU. Suite à l’adoption du statut d’autonomie interne de 1984, la redistribution des fonds publics lui est retirée et la restructuration des missions du CTJ est adoptée.
A partir de 1984,
Le Comité territorial de la Jeunesse de Polynésie française se positionne désormais dans une mission d’accompagnement et de coordination du réseau associatif de la jeunesse et de l’éducation populaire.
De 1993 à 2001,
À partir de 1993, le Comité territorial de la Jeunesse se dote d’un statut de loi 1901. Le Comité territorial de la Jeunesse sera alors présidé pour la première fois par un représentant associatif. Le premier président du CTJ issu du monde associatif est Monsieur Pascal VAHIRUA élu en décembre 1993. Patrick MONNERET lui succède en avril 1998 puis Aldo TIRAO en juin 2001.
Le 24 Avril 2003
A l’Assemblée générale, le CTJ devient « Te Tama Ti’a Hou – Union Polynésienne pour la Jeunesse » (UPJ) sous la présidence de Monsieur Aldo TIRAO, qui rassemble alors 84 associations de jeunesse.
De 2013 à 2020
Madame Noëlline PARKER est élue 4ème présidente de l’Union Polynésienne pour la Jeunesse et a entamé son 3ème mandat depuis 2019. Ainsi elle a pu diligenter les grandes actions de notre union jusqu’à mai 2020, après avoir pris congé de ses fonctions.
2020
Suite à la prise de congés des fonctions de Présidente de Madame Noelline PARKER, Madame Patricia TERIITERAAHAUMEA, Vice-Présidente, a assuré les fonctions de Présidente, jusqu’à sa titularisation en tant que nouvelle Présidente depuis août 2020. Elle est à présent la nouvelle Présidente de l’UPJ accompagnée dans ses fonctions par : Lowna HATITIO (CPED), Vice-Présidente – Sylvie TEARIKI (UT/FSCF), Secrétaire Générale – Marie-Louise BYGORRE (Arii Heiva Rau), Secrétaire Adjointe – Vaitea LEGAYIC (UCJG), Trésorière Générale – Raymond SIAO (Afocal / Enfance et Jeunesse), Trésorier adjoint

1978 – 2018, l’histoire continue…

La jeunesse au coeur de nos préoccupations

L’Union Polynésienne pour la Jeunesse (UPJ) est la seule coordination des associations de jeunesse et d’éducation populaire et constitue également un observatoire et un laboratoire d’idées, en même temps qu’un espace de dialogue et de représentation auprès des pouvoirs publics sur l’ensemble des questions liées à la jeunesse.

Le réseau associatif, notre force

L’Union Polynésienne pour la Jeunesse fédère :

Tous les organismes de formations BAFA et BAFD sont membres de l’union fédérale :

Son réseau se distingue également par la qualité de l’engagement citoyen de ses équipes :
  • Pas moins de 2 000 animateurs, cadres, bénévoles ;
  • Un peu plus de 70 permanents associatifs ;
  • 12 membres élus au Conseil d’Administration dont :
    • 10 membres du bureau, tous œuvrant pour une vision renouvelée de l’action publique en direction de la jeunesse
    • 2 représentants de la Commission des Jeunes.